Assainissement collectif

 

Organisation d’une filière d’épuration par filtres plantés de roseaux en assainissement collectif

Il y a principalement deux types de filtres : les filtres à écoulement vertical et les filtres à écoulement horizontal. L’association Granulats/plantes/microorganismes peut faire l’objet de plusieurs variantes selon les objectifs recherchés.
,Le filtre à écoulement vertical fonctionne comme un gros tamis. Il assure une filtration efficace des eaux brutes sans fermentation après un simple dégrillage permettant de retenir les matières les plus grossières. Très oxygéné, il permet des oxydations poussées de la matière organique par les bactéries : minéralisation, nitrification…
Le filtre à écoulement horizontal fonctionne comme un réacteur biochimique. Des réactions anaérobies y ont lieu du fait de sa charge en eau. Plus délicat d’exploitation il présente un atout essentiel : les possibilités de dénitrification (élimination des nitrates).
En France, la filière de traitement la plus répandue en assainissement collectif est composée de deux étages successifs de filtration à écoulement vertical, comprenant chacun trois et deux lits Plantés de roseaux.
Les filtres plantés s’associent très bien au lagunage, et constituent un excellent pré-filtre en tête de lagune et/ou un excellent polissage de l’épuration en sortie de lagune.
D’autres associations sont possibles, selon les objectifs recherchés, les niveaux et l’emplacement du rejet (milieu superficiel ou milieu souterrain…).

Avantages des filières plantées

- Excellentes performances de traitement de la matière organique
- Alimentation en eaux brutes après un simple dégrillage
- Possibilité d’un fonctionnement gravitaire, sans pompe donc sans apport d’électricité si le dénivelé est suffisant (4 m).
- Simplicité de l’entretien, réduite et de faible coût: il ne nécessite pas de compétences techniques importantes
- Absence de boues : l’enlèvement du terreau se formant en surface se fait à la pelle mécanique tous les 10 à 15 ans
- Acceptation de surcharges hydrauliques et/ou organiques temporaires importantes
- Robustesse du traitement en général (par exemple face aux variations climatiques)
- Très bonne intégration paysagère,
- Absence de nuisance sonore et olfactive .
- Coût d’investissement modéré (500 à 1000 €/EH selon la taille de l’implantation)
- Modération du « coût environnemental » : le recours à des fournitures manufacturées ou à des matériaux nobles peut être très faible

Limites des filières plantées

- La surface nécessaire à l’implantation de cette filière est significative : 2 m² de filtre/habitant, et entre 4 et 5 m² d’emprise par habitant.
- Des traitements du phosphore et des nitrates doivent être ajoutés si le contexte environnemental l’exige ; des filtres végétalisés adaptés peuvent assurer ces traitements, au prix d’une augmentation de l’emprise et du coût d’investissement.

Valorisation des eaux épurées

Les eaux épurées peuvent être accueillies par des Zones Tampon Boisées, solution largement expérimentée par l’Atelier Reeb. Il s’agit de zones de filtration ou d’infiltration complémentaires placées en sortie de fP. Cet aménagement non étanche constitue une zone humide structurée, créant un espace profitable à la faune (biotope assurant une fonction refuge) et à la flore spécifiques Les ZTB constituent une zone d’expansion et de diffusion des eaux traitées, en vue de limiter les rejets au milieu hydraulique sup.
Conçues comme des cultures extensives d’arbres et d’espèces végétales de zones humides, les Zones Tampons Boisées sont d’abord une étape de finition de l’épuration de l’eau et d’infiltration si le sol le permet.. Secondairement, elles permettent une production de biomasse.