Assainissement Non Collectif

Nos eaux usées domestiques peuvent être épurées par un système d’assainissement indépendant du sol au lieu d’être confiées à la terre comme cela se fait dans les systèmes classiques.

La phytoépuration

Un système autonome ne générant pas de résidus secondaires à traiter
Le prétraitement en fosse est une décantation avec dégradation incomplète de la matière organique par fermentation anaérobie. Il aboutit à la production de boues et de gaz malodorants et polluant (méthane notamment). L’élimination des boues constitue une étape de plus de l’assainissement individuel : ces résidus doivent être pompés, transportés et traités dans une station d’épuration. Cette opération est coûteuse et polluante, l’apport de matière de vidange de fosse étant une charge de plus pour les stations d’épuration existantes…

Un système d’assainissement cohérent, fonctionnel et durable
Il reconstitue un écosystème complet naturel qui s’autorégénère : l’ensemble sol reconstitué + plantes + micro et macro organismes reçoit les eaux usées, transforme et assimile la charge qu’elles contiennent.
Pour l’assainissement non collectif (ANC), ou assainissement individuel, il existe la filière homologuée jardi-assainissement Aquatiris ® 022/2011, appelée phytoépuration ou filtre planté. Il y a aussi le système blue set : https://www.blue-set.com
La filière Aquatiris ® 022/2011 homologuée pour 3 à 20 EH (équivalent habitants) ne comporte pas de fosse. Elle est constituée de deux filtres étanches remplis de gravier et de sable, et plantés.
Le premier filtre est à écoulement vertical, planté de roseaux. Il est suivi d’un filtre à écoulement horizontal planté d’autres plantes semi aquatiques.

Fonctionnement

Il n’y a pas de pré-traitement de type déssableur, décanteur ou fosse. Toutes les eaux usées arrivent directement depuis la maison sur la surface du premier filtre, par gravité ou par pompage, le dénivelé nécessaire est 1,30 m.
Le premier filtre est cloisonné en deux parties alimentées en alternance.

Les eaux usées sont épurées par percolation dans le sable puis le gravier : les matières solides sont retenues par filtration mécanique puis transformées par les microorganismes fixés sur l’ensemble racines de plantes / graviers. Les racines des roseaux assurent l’aération et l’oxygénation.
Cette matière solide devient un compost valorisable qu’il est nécessaire de curer tous les 10 ans ou plus. Cette opération est facile à réaliser à la houe.

Le second filtre planté à écoulement horizontal reçoit les eaux issues du 1er filtre. Les eaux circulent latéralement sous la surface du gravier. Ce filtre fonctionne comme un réacteur biochimique. Le niveau de l’eau dans ce filtre horizontal se règle au moyen d’un dispositif en sortie du filtre.
De nombreuses espèces sont plantées dans ce second filtre : iris des marais, salicaires, rubaniers, scirpes, menthes aquatiques, plantains d’eau. Elles contribuent à la qualité paysagère de l’installation.
A la sortie du second filtre, les eaux épurées sont infiltrées sous la surface du sol dans une zone plantée. Elles sont valorisées comme irrigation. Des fleurs et des arbustes peuvent agrémenter cette zone.

Du point de vue sanitaire
Ce système ne comprend aucune surface d’eau libre, les effluents sont infiltrés dès leur arrivée sur les filtres et restent sous la surface des granulats jusqu’à la sortie enterrée. Il n’y a pas de risque de développement de moustique.
L’oxygénation de l’eau favorise la réduction des microorganismes pathogènes. Enfin, en absence de fermentation, il n’y a pas de production de gaz malodorant.

Installation
L’installation est réalisée par un installateur agréé ou en autoconstruction. Il n’y a pas besoin de haute technicité, mais des ouvrages simples et faciles à entretenir, ce qui garantit une longue durée de vie. La réalisation nécessite un accompagnement par le bureau d’études.
Les plantes utilisées sont rustiques et poussent à l’état naturel en France. Elles se multiplient rapidement grâce à leurs rhizomes. Elles peuvent supporter des périodes plus sèches ou au contraire des surcharges ponctuelles.